Comment valoriser vos expériences en entretien ?

C’est la fameuse question que se pose tout bon chercheur d’emploi, qu’il soit encore stagiaire, alternant ou bien cadre confirmé. Comment mettre en lumière, de manière succincte, des projets, un stage très court ou une carrière déjà bien entamée lors d’un entretien d’embauche. Une chose est sûre, il n y a pas de petites expériences, soyez passionnant, vous passionnerez. 

Le bon CV ne suffit plus, les entreprises connues non plus, il faut savoir raconter, “story-teller” sa vie professionnelle dans un temps imparti face au recruteur. Pour y parvenir, Le Pupitre vous donne 6 conseils ;

1. Sélectionnez les informations à mettre en avant 

Tout est une question de choix. Adaptez votre discours et les expériences que vous souhaitez développer en fonction du poste recherché. Nul ne sert de valoriser un stage, daté d’il y a 6 ans dans la boîte de votre oncle car vous n’avez pas eu d’autre solution. On parle ici de qualité, pas de quantité. 

Cependant, il est toujours intéressant de valoriser vos petites expériences (jobs étudiants, saisonniers), qui peuvent en dire beaucoup sur votre personnalité, déterminée. A fortiori si vous recherchez un stage ou une alternance. En bref, choisissez de valoriser vos expériences les plus en phase avec le poste souhaité, sans négliger vos expériences annexes qui peuvent traduire chez vous une certaine volonté. 

2. Poser vous les bonnes questions 

Pour préparer au mieux votre entretien, il faut apprendre à vous poser les bonnes questions. En tentant de pré-mâcher le travail, vous serez plus agile lors des différentes questions que le recruteur sera amené à vous poser. Un papier, un stylo, des lignes tirées au milieu et commencez par déterminer les points forts de votre parcours ; choisissez ce que vous voulez mettre en avant dans votre CV et votre discours. 


Listez ensuite vos points faibles, tout ce qui pourrait vous être reproché par l’employeur lors de l’entretien. Définissez ensuite les compétences attendues par le recruteur pour le poste visé en vous aidant des fiches de poste existantes. 

Puis, posez vous les questions suivantes : 

  • Quelles sont mes réalisations significatives ? 
  • Quels résultats ai-je obtenus ? 
  • Quels objectifs ai-je atteints ? 
  • Qu’est ce qui dans mon parcours peut justifier de la pertinence de mon profil pour le poste visé ?

Plus généralement, quelle histoire avez-vous envie de raconter ? Comment pouvez-vous justifier tous les choix d’orientation faits tout au long de votre parcours ? 

3. Rédigez votre CV de manière pertinente

Synthétisez toutes les réponses aux questions que vous vous êtes posées lors de la première étape. 

Tout d’abord, rédigez une rubrique au début de votre CV qui résume vos compétences techniques mais également vos compétences en termes de savoir être et éventuellement de spécialisation sur un secteur d’activité spécifique. Mettez en avant les expériences les plus significatives et les résultats obtenus. Ne négligez jamais les éléments chiffrés. Par exemple, pour un poste de responsable RH, vous pouvez préciser le nombre de collaborateurs administrés. Autre exemple, sur un poste de contrôleur de gestion, vous pouvez mentionner les budgets gérés ou encore le chiffre d’affaires de l’entreprise. 

4. Vous êtes autodidacte ? Dites-le 

On vous l’a assez répété, tout ne s’apprend pas à l’école. Avec l’avènement du digital, les nombreux tutos qui trainent sur internet et les formations en ligne, aujourd’hui, cette affirmation est d’autant plus vraie. Toutes vos compétences acquises en dehors du “processus scolaire” doivent être valorisées et peuvent être ajoutées aux mêmes titres que celles acquises dans un cadre plus traditionnel. 

Sauf métier réglementé qui rend obligatoire le diplôme, ce qui compte pour le recruteur c’est que vous soyez en capacité de réaliser les missions qui vous seront confiées. Vous ferez ainsi preuve à ses yeux de curiosité, d’autonomie et de proactivité, ce qui en révèle beaucoup sur votre personnalité d’autodidacte.

5. Ne négligez pas vos expériences extra-professionnelles

Il s’agit ici d’apprendre à valoriser à l’oral les dernières lignes de votre CV, pour vous différencier des autres candidats.

Ce qui va alors être vraiment significatif c’est tout ce que vous avez fait et tout ce que vous faites en dehors de vos études ou de votre travail. C’est ça qui va vous rendre singulier alors n’hésitez pas à le valoriser. Ces expériences apportent la preuve de compétences acquises et permettent d’aller au-delà du jeu de rôle classique au moment de l’entretien. 

Vous avez fait un tour du monde ? Parlez-en ! Cela montre de vous que vous êtes capable de gérer des situations inattendues, trouver des solutions rapidement et efficacement et surtout que vous faites preuve d’une grande autonomie. C’est d’autant un avantage pour le recruteur car ces expériences permettent le recrutement de profils originaux qui apportent de la diversité dans l’entreprise. 

6. L’entretien, enfin !

En entretien, n’oubliez jamais que vous avez un temps limité pour convaincre votre interlocuteur. Il s’agit avant tout d’une argumentation et non pas d’un résumé linéaire de votre parcours. C’est l’occasion de raconter votre histoire et d’y ajouter tous les arguments pour convaincre votre futur employeur.

Il est nécessaire d’illustrer le plus possible les compétences requises pour le poste auquel vous aspirez grâce à vos différentes expériences. C’est là toute l’importance de la préparation. Par exemple, pour un poste de commercial, il est essentiel de donner des exemples de négociation réussies pour mettre en avant votre capacité offensive face à un client. 

Pour un poste où la créativité est nécessaire, vous pouvez fournir un portfolio ou présenter un projet, ou plusieurs, dont vous avez été à l’origine et que vous avez pu mettre en œuvre. N’oubliez pas que l’entretien est avant tout un dialogue. Il est possible que le recruteur vous prenne au dépourvu en ne vous demandant pas de réciter votre CV mais en vous posant seulement quelques questions précises. Si vous avez anticipé toutes les questions que le recruteur peut vous poser, vous serez dans un posture confortable et rassurante. 

Maintenant, à vous de jouer, on vous laisse plonger dans le grand bain ! N’oubliez jamais que, quelque soit l’issue de votre entretien, il est important de toujours terminer par un sourire et une attitude positive. Le mail de remerciement peut aussi jouer en votre faveur.. même si vous n’êtes pas retenu pour le poste, le recruteur pourra toujours penser à vous pour un prochain !


Émilia Cassagne

Articles similaires